Sécurité routière et télévision

e2560-Securite-routiere

Ah les spots de la sécurité routière ! En France, on pourrait croire que la spécialité nationale est de distiller la peur. « Tous responsables » nous dit le slogan… Mais aussi « tous coupables » à la vue des différents spots diffusés ces dernières années !

En gardant en ligne de mire le fameux objectif de passer sous les 2000 tués sur les routes d’ici 2020, le gouvernement mise beaucoup sur chaque campagne de communication. Généralement plutôt bien placées dans le calendrier au moment de périodes particulièrement accidentogènes (avant les fêtes, au moment des vacances…) et bien réalisées, on sent un budget assez conséquent derrière chaque clip. Le problème est que le message, axé sur la culpabilisation ou la peur, a bien du mal à rester ancré dans les esprits à long terme, faute de déclencher un processus de réflexion suffisant.

Le dernier clip en date, intitulé « Onde de choc » est un bon exemple : Avant même de prendre la route, nous voici déjà responsables de toutes les conséquences qui pourraient toucher nos proches en cas d’accident.

Aucune raison évoquée, aucun comportement à risque mis en scène. Ici, le message est directement « un accident fera souffrir votre entourage de telle ou telle façon » ou « éviter les accident, c’est mieux pour vos proches ». La belle affaire, pédagogiquement on atteint des sommets.

Et à moins d’avoir déjà été soi-même confronté à une expérience similaire, il reste difficile de se projeter de la sorte, ce qui est d’autant plus vrai pour un jeune conducteur. Le court-métrage joue plutôt du sentiment de culpabilisation qu’il produit chez le spectateur, et bien avant un quelconque message de prévention, c’est surtout ce qui restera en tête.

Autre approche, de loin la plus fréquente en France, la peur. Car oui, pour espérer faire passer le message, en plus d’un discours hyper moralisateur, la Sécurité Routière essaie de faire peur au conducteur. Une approche qui a pu faire son effet du temps des premiers clips dans le genre, mais qui, faute de renouvellement (« Tiens, du gore dans les pubs, encore un message de la Sécurité routière… »), loupe son objectif.
En jouant sur des plans « trash », du sang, des cris, des membres sectionnés et un crâne explosé (!)… , le clip tente de reconstituer la dure réalité d’un accident. Pas d’explication, pas de réflexion ou très peu : des plans sur une fête où ne pourront pas forcément se reconnaître tous les jeunes, de l’alcool, le bazar dans la voiture, paf, une situation qui fait peur. Malaise. Notez même la présence des cris du bébé, pour ajouter au côté culpabilisation.

Mais voilà, malgré tout le soin apporté au réalisme de la scène, la situation apparaîtra tellement irréelle qu’il sera difficile de s’y projeter. D’autant que le public ciblé, les 15-25 ans, sera peut-être paradoxalement celui qui sera le moins sensible à l’aspect visuel. Et à trop jouer sur l’impact psychologique, le clip échoue à transmettre un vrai message préventif.

Demandez à votre entourage ce qu’ils ont retenu des messages de prévention routière quelques semaines après l’arrêt de la diffusion de ces clips, vous verrez qu’à part les moments trash les plus choquants, la raison même de l’accident mis en scène passe complètement au second plan, quand elle n’est pas complètement éclipsée par la violence !

Le cas de la moto

En France on le sait, la moto est le vilain petit canard de la sécurité routière, avec toutes les particularités de la conduite motocycliste que les pouvoirs publics ne savent (ne veulent ?) pas cerner et ses pratiquants qu’on essaie désespérément de faire rentrer dans le moule des comportements automobilistes. A force de vouloir faire passer les motards pour des gens irresponsables et ainsi coller à l’image populaire que la plupart des usagers se font d’eux, ça finit forcément par se voir…

Le cas le plus flagrant est le clip intitulé « À moto, le plus grand danger, c’est de penser qu’il n’y en a pas ».
Avec une Kawasaki Z750 qui démarre sur un tour de clé (!), on se dit que c’est déjà mal barré… Pourtant les 30 premières secondes sont plutôt judicieuses : L’accent est mis sur les innombrables fautes des autres usagers auquelles doit faire face le conducteur. Une portière ouverte sans vérification, un changement de file d’une voiture dont le chauffeur est au téléphone, un piéton qui traverse sans visibilité et même un non respect d’une priorité à droite. Prometteur…

Alors qu’on s’attendait à voir se dégager un message concernant les erreurs qui venaient d’être commises par les automobilistes (on y a cru !), commence la seconde partie du clip.
Et là, c’est le drame. « Tout ça est vite oublié » nous dit très justement le narrateur !
Une fois seul et en rase campagne, le motard (qui se met à rouler vite, forcément…) se met à terre, seul, au détour d’un virage. Dommage pour l’aspect partage de la route et la sensibilisation des conducteurs à la fragilité des deux roues. La seule morale qui perdurera de ce court-métrage est que les motards roulent vite, et que s’ils se tuent, c’est bien de leur faute. 4 ans après la diffusion, il suffit de regarder les commentaires de cette vidéo pour constater avec tristesse que c’est l’essentiel du message qui subsiste.

Pourtant la Prévention routière a déjà démontré sa capacité à transmettre un message de façon assez réussie, en montrant peu et sans culpabilisation. Comme quoi tout n’est pas perdu !

La sécurité routière vue par les autres pays

La communication pourrait pourtant être bien plus efficace en s’inspirant de ce qui existe dans d’autres pays. Souvent dénuées d’image choc au profit de messages humoristiques bien plus facilement mémorisables, ou débouchant sur une véritable réflexion, certaines de ces campagnes de sécurité routière sont encore largement diffusées sur le net plusieurs années après leurs premières diffusions.

Un excellent exemple nous viens d’Angleterre, avec les vidéos de la campagne « THINK! road safety« .


Pas d’accident ni de culpabilisation, un public ciblé qui se reconnaîtra réellement dans le motard présent à l’écran. Un clip humoristique, facile à retenir dont les éléments vont revenir en tête en rencontrant les mêmes obstacles sur la route, bref, une réussite.

Autre approche, avec une vidéo de la prévention routière Suédoise datant de 2009.


Face à l’individualisme grandissant chez l’automobiliste, le film essaie de déclencher une réelle réflexion en posant cette simple question : « Oseriez-vous vous rencontrer ? ». En nous confrontant  à notre propre comportement, qu’en penserions-nous ?
Un clip qui sonne juste, partant du postulat que le conducteur peut toujours se remettre en question.

Dernier exemple, toujours sur le sujet de la moto, mais cette fois-ci à l’attention des autres usagers de la route.


Complètement à l’opposé du clip de notre sécurité routière française, celui-ci insiste sur l’attention particulière qu’il est nécessaire de porter aux conducteurs de deux-roues en raison de leur fragilité intrinsèque, rappelant qu’il s’agit de personnes comme les autres sur la moto, père de famille, retraité ou jeunes mariés par exemple.

En résumé…

Nul besoin d’effrayer ou d’engager une débauche d’effets visuels. En touchant réellement le spectateur de façon simple, soit en le faisant réfléchir, soit en faisant appel à des éléments de son quotidien, il sera bien plus facile de lui faire passer un message constructif. Et surtout, plus important, d’aboutir à un vrai changement de comportement durable !
Et c’est là le problème de la communication de la sécurité routière Française : Elle échoue bien souvent à laisser dans les esprits un vrai message de prévention routière, malgré une mise en scène et des moyens considérables, qui sont peut-être justement ses plus grandes faiblesses et les raisons de son échec. Un public qui ne s’identifie pas à cause de stéréotypes, qu’on projette immédiatement dans une perspective brutale, démesurée et de fait irréaliste pour la plupart… Qu’on refuse d’inciter à une réflexion en profondeur sur ses travers du quotidien à l’instar de ce qui se fait dans d’autres pays. Ces mêmes travers qui sont pourtant à l’origine des situations les plus tragiques…

4 commentaires à propos de “Sécurité routière et télévision

  1. Flohw

    J’ai bien du mal à repérer ces « clips à stéréotypes ». Sans doute parce que je manque d’habitude sur les pubs (mon cerveau a un adblock intégré) et certainement aussi parce que je ne connais pas très bien ce versant de la route.
    À lire cet article et un peu tout ce que j’ai pu voir sur twitter (plus ma petite expérience), effectivement la France a un souci de communication et d’approche.
    Si seulement ils utilisaient de vrais experts ou tenaient compte des consultation de la FFMC et pas juste les faire parler pour que ça rentre par une oreille et ressorte par l’autre.

    Répondre
    1. Cédric Auteur de l'article

      Côté stéréotypes, c’est toujours le « jeune » tel que l’imagine la SR qui arrive en haut du palmarès.
      C’est un peu le même jeune que dans les fictions françaises, un peu (beaucoup ?) bête, qui boit beaucoup et qui fait la fête tout les week-ends.
      Même les élèves ne s’y reconnaissent pas. On m’as dit une fois « Non, mais ça c’est les ados de la tv, en vrai il n’y a personne comme ça ! »
      Du coup, compliqué pour faire passer un message.

      C’est comme s’adresser au motard, en commençant par le dépeindre par quelqu’un qui roule forcément vite…

      Pourtant oui, il y a ce qu’il faut côté conseil en France pour faire les choses bien !
      Encore faut-il savoir écouter…

      Répondre

Laisser un commentaire